Recherche
 
Vous êtes ici :   Accueil > Visite du Zoo de la Palmyre
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.natvert.fr/data/fr-articles.xml

C'est à une visite exceptionnelle que les adhérents étaient conviés ce samedi après midi, puisque nous étions les invités de Patrick Caillé, directeur du Zoo. Celui-ci nous fait une présentation rapide du zoo.

Le Zoo de la Palmyre

Il a été créé en 1966 par les parents de P. Caillé; C'est un peu par hasard que Claude Caillé, marchand d'animaux à Rochefort, découvre le site du  Clapet et sa potentialité en terme de fréquentation touristique. Dans les années 60, Léon Nicolle, maire des Mathes, est en train de créer de toutes pièces la station balnéaire du Clapet qui deviendra vite La Palmyre. 

Patrick Caillé Patrick Caillé

Le zoo ouvre avec une surface de 2,5 ha. Le succès est immédiat. L'entreprise familiale est dès le début bénéficiaire et une politique de réinvestissement systématique des bénéfices, qui perdure encore aujourd'hui,  lui permet de croître très rapidement pour arriver à la situation d'aujourd'hui :

  • une superficie de 18 ha
  • 60 personnes en CDI toute l'année, plus d'une centaine de salariés en pleine saison.
  • Une fréquentation de 650 000 à 750 000 visiteurs par an, en légère baisse ces deux dernières années.
  • Un zoo généraliste qui présente mammifères-oiseaux-reptiles, en privilégiant les visites qui se font à l'extérieur. 1600 animaux présentés, mais c'est un chiffre approximatif.

Girafes et visiteurs

P. Caillé nous confie à un de ses collaborateurs, Gilles,  pour deux temps forts : la visite des installations en cours de construction pour accueillir un mâle éléphant en toute sécurité et l'espace Grands Singes qui accueille chimpanzés, gorilles et orangs-outans.

Zoo la Palmyre

Les appartements de M. Eléphant

Le zoo accueille actuellement 3 femelles éléphants d'Asie, dont une jeune de 5 ans, Xia, née au zoo. Pour le moment pas de mâle, mais le Zoo compte bien en récupérer un très prochainement.

Si les femelles ne posent pas de problème particulier, la situation est différente pour un mâle adulte qui a des périodes de "must", pendant lesquelles son taux de testostérone grimpe en flêche et le monsieur devient vite ingérable et dangereux pour les soigneurs mais aussi pour une femelle si elle avisait de dire non à ses avances. 

Le zoo a donc pris la décision de dédier un espace bâtiment  + paddock, dans lequel l'éléphant sera isolé pendant les jours difficiles. Le reste du temps il partagera l'espace des femelles.

Zoo la Palmyre

Ce bâtiment que nous avons la chance de pouvoir visiter, comporte aussi un grand box, en fait une salle de classe, où chaque éléphant recevra des leçons de "medical training", c'est à dire habituer l'animal à des soins sans anesthésie. Actuellement les éléphants savent présenter leurs pieds pour un nettoyage quotidien, leur voûte plantaire étant très sensible au côté abrasif du sable. Mais les exercices peuvent aller beaucoup plus loin, et grace à cette installation, pourront être faits en toute sécurité.

Zoo la Palmyre Zoo la Palmyre

Gilles nous donne quelques chiffres sur cet animal très intelligent, qui peut vite se montrer dangereux quand on le contrarie : 5 tonnes pour le mâle; un peu moins pour les femelles, une trompe de deux mètres de long. Dans la nature, l'éléphant d'Asie fait 35 km par jour pour rechercher de l'eau et de la nourriture. En captivité il compense en se balançant. La question qui se pose : faut-il présenter des éléphants dans un zoo ? 

Eléphant qui joue avec un caillou

Une anecdote amusante sur les capacités de ces animaux que l'on connait encore très mal : le mâle précédent savait très bien quand on avait oublié de mettre sous tension la cloture électrique et se faisait un plaisir de l'arracher, alors que lorsqu'elle était alimentée, il se gardait bien d'y toucher...

L'espace Grands Singes

Changement de décor, nous rentrons dans les grands aménagements faits en 2009 pour accueillir les grands primates. Contrairement aux éléphants qui ont besoin de sortir tous les jours et peuvent supporter le mauvais temps à petite dose, les primates sont extrêmement fragiles et ne sortent dans leur enclos extérieur que lorsque le temps est sec et les températures dépassent les 15°C. Malgré le soleil au rendez-vous cet après midi, le thermomètre n'affichait pas la température requise et les animaux évoluaient dans leur grande volière respective, ce qui nous a permis de bien les observer.

Chaque groupe vaque à ses occupations, à commencer par le premier groupe de chimpanzés non reproducteurs. Les analyses ont récemment montré qu'il existait en fait plusieurs sous-espèces distinctes et les occupants de cette volière proviennent d'hybridation entre ces sous-espèces.

Zoo la Palmyre

Les chimpanzés, que l'on sait très proche de l'homme du point de vue génétique, en ont aussi les défauts. Très bagarreurs et calculateurs, un rien peut faire monter la tension et passer d'ambiance relax à une scène de guerre. Le principe est de les distraire au maximum en leur donnant de la nourriture variée plusieurs fois dans la journée, de telle sorte que la faim ne les rende pas agressifs et ne réveille pas les luttes pour la hiérarchie sociale.

Changement d'ambiance dans la volière suivante : le groupe des orangs-outans est plus restreint. Ce sont des animaux placides. Le jeune orang-outan de 3 ans joue devant nous avec son pére, ce qui ne se produirait pas à l'état sauvage, les animaux étant solitaires.  On ne se lasse pas de regarder leurs interactions.

Zoo la Palmyre

Il y a un jeune également dans le groupe des gorilles des plaines, ce n'est pas le fils du respectable dos argenté assis non loin de nous, mais d'un jeune mâle très précoce. Gilles nous confie que ce sont ses animaux préférés : pas d'agressivité et beaucoup de douceur, peut-être parce qu'ils sont beaucoup moins futés que leurs voisins chimpanzés...

Zoo La Palmyre

Enfin, dernière volière où l'on retrouve des chimpanzés, avec un groupe reproducteur cette fois-ci.

Gilles n'a pas été avare d'explications et d'anecdotes, pour le grand plaisir des participants. Il nous laisse poursuivre la visite du parc à notre guise. Nous le remercions chaleureusement.

Nous avons remis à P. Caillé le résultat d'une petite collecte, ce sera une goutte d'eau supplémentaire pour soutenir les nombreuses actions auxquelles participe le zoo pour la préservation de la faune sauvage, en Afrique ou en Asie. Et ce ne sont malheureusement pas les sujets et besoins qui manquent ...


Date de création : 19/03/2018 10:11
Dernière modification : 19/03/2018 10:11
Catégorie : CR Sorties Nature - CR Sorties Nature
Page lue 202 fois